dim. 03 avr.

|

Club Balattou

CHALABAN

10$ | Maroc, Hongrie

CHALABAN

S'Y RENDRE

03 avr., 21:00

Club Balattou, 4372 Boul. Saint-Laurent, Montréal, QC H2W 1Z5, Canada

EN SAVOIR PLUS

Saïd Tichiti, d'origine berbère par sa mère et noire africaine par son père, a fondé Chalaban en 1999 à Budapest (Hongrie).

La diversité du son du groupe se définit par les racines afro-arabes des musiciens, avec une musique marocaine vivante et exubérante, agrémentée d'éléments de la musique du bassin des Carpates, des Roms et des Balkans.

Saïd est originaire de la ville de Guelmim, dans le sud du Maroc. Après son baccalauréat, il s'installe à Rabat en 1991 pour poursuivre sa formation à l'Institut Supérieur d'Art Dramatique et d'Animation Culturelle (ISADAC).Son diplôme de l'ISADAC en poche, Saïd Tichiti quitte le Maroc en 1996 pour des études supérieures en France, après avoir reçu une bourse d'études délivrée par le gouvernement français. À Paris, Saïd Tichiti a choisi un cours de politique culturelle et d'action artistique. C'est également en France que Saïd a rencontré sa femme, étudiante hongroise à l'époque. Après avoir obtenu son diplôme de troisième cycle (DESS), ils se sont installés à Budapest en 1998.

Étant un creuset de différentes nationalités, Chalaban se veut le réceptacle de l'éducation musicale ancestrale qu'il a acquise depuis son enfance.

"Je ne me contente pas de jouer de la musique et de saluer mon public avant de disparaître. Je crée une conversation avec ce public, je lui parle des origines de ma musique, de ma ville natale. Mes spectacles sont de la musique avec des mini-conférences".

Chalaban est rapidement devenu un groupe de référence dans un style musical catégorisé en Hongrie comme arabe et nord-africain. "Pour notre premier concert en 1999, le directeur de l'Institut français de Budapest de l'époque nous a proposé de jouer la première partie du spectacle de Rachid Taha. Après ce concert, nous avons reçu des invitations dans toute la Hongrie. Un an plus tard, nous avons sorti notre premier album".

Naturellement, Chalaban a joué son mélange musical captivant et a été acclamé non seulement en Hongrie, mais aussi dans toute l'Europe, au Maroc et ailleurs. Leur musique a également figuré dans le film documentaire de 2018 "Échos du Sahara", qui examine les 20 ans de carrière du leader du groupe. Le film voit Said retourner de Budapest au désert du Sahara, où il s'inspire de la culture spirituelle Hassani et présente une rencontre fructueuse entre diverses traditions musicales

____________________

Saïd Tichiti, who is of Berber origin on his mother's side and black African on his father's side, founded Chalaban in 1999 in Budapest (Hungary).

The diversity of the group's sound is defined by the musician's Afro-Arab roots, with their lively, exuberant Moroccan music enhanced by elements of Carpathian Basin, Roma and Balkan music.

Said is originally from the city of Guelmim in the south of Morocco. After his baccalaureate, he moved to Rabat in 1991 to pursue his education at the Higher Institute of Dramatic Arts and Cultural Animation (ISADAC).

With his ISADAC diploma in hand, Saïd Tichiti left Morocco in 1996 for postgraduate studies in France, after receiving a scholarship issued by the French government.

In Paris, Saïd Tichiti chose a course in Cultural Policy and Artistic Action. It is also in France that Saïd met his wife, a Hungarian student back in the time. After earning his postgraduate degree (DESS), they settled in Budapest in 1998.

Being a melting pot of different nationalities, Chalaban aims to act as a vessel of the ancestral musical education he had been acquiring since childhood.

«I don't just play music and greet my audience before I disappear. I create a conversation with this audience; I talk to them about the origins of my music, my hometown. My performances are music with mini-conferences».

Chalaban quickly became a reference group in a musical style categorized in Hungary as Arab and North African. “For our First concert in 1999, the director of the French Institute in Budapest at that time offered us to play the support of Rachid Taha’s show. After this concert we got invitations all over Hungary. A year later, we released our first album.”

Naturally, Chalaban have played their captivating musical mixture to great acclaim not just in Hungary but throughout Europe, Morocco and elsewhere. Their music also featured in the 2018 documentary film “Échos du Sahara”, which examines the 20-year career of the band's leader. The film sees Said return from Budapest to the Sahara Desert, where he draws inspiration from the spiritual Hassani culture and presents a fruitful encounter of diverse musical traditions.